Gratuit ! Inscrivez-vous pour recevoir la missive d'Astérix ...et ne ratez aucune info

Recherche


Réseaux sociaux

Accueil >> Astérix de A à Z >> Les citations latines >> Tu quoque fili

Tu quoque fili

Toi aussi, mon fils



Cette citation latine s'avère être, en quelque sorte, le dernier commentaire de Jules César retenu par l'Histoire. Prononcé par l'Empereur dans ses derniers moments, ce " toi aussi, mon fils " est en fait le cri de douleur d'un homme blessé de découvrir parmi ses meurtriers Brutus, son protégé, qu'il considérait comme son fils naturel.

Un moment historique dramatique qui a inspiré aux auteurs d'Astérix de nombreux gags et caricatures ! Dès Astérix gladiateur, le dictateur tance de ces mots son fils indigne quand celui-ci omet d'applaudir son souverain. " Ce Brutus… Je finirai par avoir des ennuis avec ce garnement ! " pense t-il, prémonitoire.

Une prémonition infirmée par un mage dans Le Devin. Celui-ci prédit en effet à Jules César que " tant que Brutus sera près de toi, tu n'auras rien à craindre " tandis que le jeune homme affiche un sourire sardonique en jouant avec un couteau finement aiguisé…

Le sommet de la rivalité entre Brutus et César est atteint dans l'album Le Fils d'Astérix quand Brutus tente de préserver son héritage en faisant disparaître Césarion, le fils de César et Cléopâtre. Le mauvais fils Brutus y reçoit la punition de son père : un exil en Germanie supérieure, où le climat est rude et les barbares à même de lui apprendre les bonnes manières !

  Asterix Gladiateur, planche 34, case 4

Acheter

Valid XHTML 1.0 Transitional